Accueil > Le Point de Beauvais

Le Point de Beauvais

"Le Point de Beauvais, aussi fin que le plus fin Aubusson, ne vaut pas seulement par la beauté du point, mais par l’harmonie des couleurs ; les feuillages, guirlandes et roses sont d’un nuancement si savant qu’il semble défier la peinture".
Augustin Boulard (1926)


Point de BeauvaisLe point de chaînette au crochet se prête au chatoiement des couleurs, il fait de la maille bien serrée qui permet des dégradés réussis. La technique viendrait du fin fond de l’histoire ; elle était très usitée en Chine et en Orient. Tout ce qui pouvait être brodé le fut (soie, organdi, tulle, toile, cuir...). D’abord orienté vers le costume, puis la lingerie, il se tourna vers l’ameublement, la chaussure, le gant, les rideaux, le linge de maison...

Madame de Pompadour elle-même fut séduite par cette technique et s’y adonna avec application. Précision, soin, dextérité, patience, sont les maîtres-mots du Point de Beauvais.

Sans doute inspirés par les similitudes des sujets et "pour dérouter la clientèle, les tapissiers parisiens baptisèrent "Beauvais", le travail de Bourg-le-Roi. C’est là qu’ont d’abord été repris ces superbes morceaux décoratifs, renouvelés des grands siècles"... "Et c’est là presque uniquement que le point de chaînette en ses applications artistiques a été pratiqué depuis quelques quarante années".
Félix Boulard (1917)

Point de Beauvais - Métier

A partir de 1843, Marguerite Boulard, native de Bourg-le-Roi, reprend l’entreprise de lingerie dans laquelle elle travaillait comme ouvrière. Une industrie de broderie d’art au crochet va donc voir le jour et contribuer pendant 125 ans à la prospérité de la région.

JPEG - 163.3 ko
Atelier de Broderie Boulard-Jouin

L’Apogée du Point de Beauvais

Dans le bourg était installé un atelier qui compta jusqu’à soixante ouvrières pendant que des dizaines travaillaient à domicile. D’autres ateliers furent créés par la Maison Boulard dont les principaux au Mans et à Noyen-sur-Sarthe.
Au fil des ans, la renommée était telle que l’exigence grandissait autant dans la variété des sujets que dans la qualité d’exécution. L’exposition Universelle de 1900 fut un triomphe pour l’entreprise.

Le Point de Beauvais - Cotation en bourse

En 1930, devenue société anonyme le Point de Beauvais , elle fut même cotée en bourse. L’aventure s’arrêta malheureusement en 1968, faute de repreneur.

La maison Boulard, pendant plus d’un siècle avait acquis une telle renommée que l’entreprise exporta vers de nombreux pays, notamment vers les Etats-Unis, et travailla pour la cour d’Angleterre, la principauté de Monaco et même l’Elysée.
Aujourd’hui, quelques ouvrières continuent la tradition et font partager avec passion leur art lors de démonstrations au Musée, lors d’expositions itinérantes ou de stages.

Un millier et demi de visiteurs chaque année peuvent découvrir la richesse de ce patrimoine dans le Musée du Point de Beauvais de Bourg-le-Roi.